Opération Plomb Durci (2008-2009)

La mobilisation des réservistes pendant l'opération s'est faite très rapidement

1. Le 27 décembre 2008, Tsahal lance l’Opération Plomb Durci à Gaza, dans le but de frapper les infrastructures et les rampes de lancement de roquettes du Hamas suite à la persistance des activités terroristes et des tirs de roquette émanant de la bande de Gaza et prenant pour cible des civils israéliens.

2. Les forces des différents corps d’armée attaquèrent des dizaines de cibles dans toute la bande de Gaza, telles que des entrepôts, des postes militaires, des tunnels, des rampes de lancement de projectiles vers Israël, et des sites de production et de stockage d’armes et de roquettes.

3. Parallèlement à ces frappes, Tsahal ouvrit à plusieurs reprises les passages de « Kerem Shalom » et de « Erez » afin de permettre l’acheminement d’aide humanitaire, de nourriture, de médicaments, et d’ambulances à destination de la bande de Gaza.  Deux semaines après le début de l’opération, une « salle d’opération humanitaire » fut mise en place à Tel Aviv pour gérer le transfert d’aide humanitaire et apporter une réponse au besoin d’aide logistique dont la population palestinienne avait besoin pendant l’opération. Simultanément, l’armée israélienne ordonna un cessez-le-feu quotidien de quelques heures afin de permettre à la population civile de Gaza d’acheter de la nourriture, du matériel, des médicaments et  du carburant.

Tsahal ouvrit à plusieurs reprises les passages de « Kerem Shalom » et de « Erez » afin de permettre l’acheminement d’aide humanitaire, de nourriture, de médicaments, et d’ambulances à destination de la bande de Gaza

4. Vingt-deux jours après le lancement de l’opération, le cabinet de sécurité israélien décida d’une cessation des hostilités dans la bande de Gaza.

5. Le Rapport Goldstone publié en septembre 2009 affirmait que Tsahal avait délibérément visé des civils de Gaza pendant l’Opération Plomb Durci et accusait le Hamas et Tsahal de crimes de guerre. Dès sa publication, ces accusations avaient été rejetées par l’armée israélienne. Un an et demi après sa publication, le Juge Goldstone a révisé sa position dans un éditorial pour le Washington Post, en affirmant que Tsahal n’avait pas mené une politique de ciblage des civils, contrairement au Hamas qui envoyait des roquettes à destination des centres de population civils israéliens. Tsahal s’attache à opérer conformément au droit international, en particulier en ce qui concerne la protection des civils se trouvant dans les zones d’opération. Le Hamas pendant Plomb Durci utilisait régulièrement les civils de la bande de Gaza comme bouclier humain, en plaçant des caches d’armes à proximité des hôpitaux et des écoles.

Pour en savoir plus sur l’Opération Plomb Durci, cliquez ici.

Partager: