Armée de l’Air : le Département de l’Innovation

Dans les grandes entreprises, les idées créatives fusent mais sont rarement concrétisées. Le Département de l’Innovation de l’Armée de l’Air israélienne est aujourd’hui en charge de changer cela dans ses rangs.

edn_4989

Comment ça marche

Tout a commencé avec l’ouverture de la plateforme de l’innovation en octobre 2014 au sein de l’Armée de l’Air. “Nous avons commencé par demander aux soldats de l’Armée de l’Air de nous proposer leurs idées pour améliorer nos rangs,” explique le commandant Omer, responsable du Département de l’Innovation. “En peu de temps, les soldats et officiers de l’Armée de l’Air israélienne nous ont transmis des centaines d’idées et suggestions pour améliorer notre armée.”

Tout soldat, qu’importe son grade, peut  faire parvenir son idée militaire, avec ou sans solution. Souvent, des officiers hauts gradés transmettent les problèmes auxquels ils sont confrontés et via la plateforme, les soldats du Département de l’Innovation font appel aux autres soldats de l’Armée de l’Air pour trouver une solution.

Alors que certains projets sont envoyés à des experts et compagnies qui ne font pas partie de l’armée, d’autres sont résolus au sein même de la plateforme. Par exemple, un soldat avait remarqué que son unité passait des heures à rentrer les mêmes données sur l’ordinateur tous les jours. Le département a alors demandé aux programmeurs de l’Armée de l’Air, qui font face au même problème, de créer un programme qui permettrait de gagner du temps. Résultat ?  Aujourd’hui, les soldats ont gagné 150 jours de travail.

Le Département de l’Innovation a aussi résolu le problème des oiseaux dans l’Armée de l’Air. Dans l’aviation, le risque de péril aviaire causé par les oiseaux coûte des milliards d’euros aux aéroports et compagnies aériennes. L’officier en charge de contrôler ce risque dans l’Armée de l’Air a fait part de ce problème au Département de l’Innovation. Très peu de temps après et avec l’aide de la Division Lotem TI (technologie de l’information), ils ont organisé un hackathon. En 24 heures, une application, comparable à “Waze” pour les oiseaux, a été créée. Grâce à cette application, les gens peuvent signaler les flux d’oiseaux qu’ils remarquent près des aéroports. L’application collecte alors ces données et les cartographie afin de minimiser les risques.

edn_5034

“C’est une plateforme qui permet aux soldats de communiquer et de partager leurs idées. Pour s’améliorer et résoudre ce qu’il ne va pas, il faut que chacun comprenne que sa voix compte,” a dit le caporal Ilan du Département de l’Innovation.

Bien que les soldats de cette unité ne soient pas des officiers, tous sont très qualifiés. Le caporal Ilan, par exemple, a fondé et investi dans des start-up, alors que d’autres ont travaillé dans de grandes compagnies comme SAP, Google, NASA, et IBM.

En prenant en considération leur expérience de travail, le département a créé un accélérateur, un outil très connu dans le monde des start-up. Une fois que le problème est défini, des soldats et officiers se rassemblent pour réfléchir à une solution. Après 10 semaines, ils présentent leur idée à un panel composé d’officiers hauts gradés, dont des colonels et généraux de brigade, qui financent par la suite les projets.

Pour le moment, cette plateforme et ce département existent uniquement dans l’Armée de l’Air mais l’objectif est de l’ouvrir aussi dans les autres branches de Tsahal.

 

Rejoignez-nous sur Facebook et revivez en images les moments forts sur Instagram.


Partager:


Comments: