Les mots du chef d’état-major sur la situation à la frontière libanaise

Aujourd’hui, mercredi 7 juin 2017, le lieutenant-général Gadi Eizenkot, le chef d’état-major de Tsahal, a ouvert le séminaire “Pour eux, à travers leur périple” pour rendre hommage aux soldats et officiers tombés durant la Seconde Guerre du Liban.

Le chef d’état-major a pris la parole aujourd’hui et à évoquer, entre autre, la situation actuelle à la frontière nord d’Israël.

%d7%92%d7%93%d7%99-4

“Selon notre point de vue, le Hezbollah a souffert : entre 1300 et 1400 blessés, un grand coup porté à l’infrastructure du mouvement, avec Tsahal qui est entré à 7-14 km en territoire libanais à la fin de la guerre.

Ces 11 dernières années, le Hezbollah s’est renforcé, malgré la situation complexe dans laquelle il se trouve. Les résidents du nord d’Israël ont connu 11 ans de calme sans précédent depuis la création de l’État d’Israël. Aujourd’hui, les enfants grandissent à Kiryat Shmona et Nahariya sans sirène qui retentit, sans Katioucha ou infiltration terroriste dans leur communauté. Cette réalité est un contraste frappant avec celle des décennies précédentes.

La position stratégique d’Israël et sa force par rapport à ses pays voisins, spécialement le Liban, est substantielle et Tsahal est une armée forte et puissante avec un avantage indiscutable par rapport à ses ennemis. Le Hezbollah fait actuellement face à une réalité stratégique complexe : un tier du mouvement aujourd’hui se bat en Irak, au Yémen mais surtout en Syrie. Le Hezbollah a perdu 1700 membres au cours de ces trois dernières années et près de 7000 ont été blessés. Le mouvement a connu des difficultés lors des combats, le tout en essayant d’implanter la structure d’une armée régulière.

D’un autre côté, le Hezbollah gagne de l’expérience sur le terrain, quelque chose qu’on ne peut pas ignorer, combiné à leurs problèmes d’argent et de morales. Sans compter la perte de deux haut commandants ces sept à huit dernières années: Imad Moughniyeh, qui a été tué à Damas ainsi qu’un autre haut commandant du Hezbollah qui a été assassiné il y a un an par ses supérieurs. Ces conclusions ont été faites par notre renseignement, qui je pense est précis. Le mouvement se trouve dans une situation difficile, se battant actuellement en Syrie, mais ne les laissez pas vous avoir. La frontière nord d’Israël et le Hezbollah sont notre priorités principales. Nous avons établi des plans défensifs, offensifs et un haut niveau de préparation.


Partager:


Comments: