Daech menace d’éradiquer Israël de la carte

Les faits :

  • Daesh en Égypte a commencé à viser des cibles israéliennes, tels que les gazoducs situés entre Israël, l’Égypte et la Jordanie.
  • Les plus puissantes organisations terroristes au Sinaï ont des liens avec le Hamas. Les combattants de Daesh s’entraînent à Gaza avant de repartir dans le Sinaï. Le Hamas fournit l’aide nécessaire pour les entraînements, les soins médicaux, transfère des fonds et aide à la communication.
  • En 2012, l’armée égyptienne a lancé l’Opération Sinaï pour détruire les tunnels de Gaza reliant le Hamas aux militants situés au Sinaï. Ces mêmes tunnels étaient utilisés pour faire passer des armes vers Gaza afin d’attaquer par la suite Israël.
  • Les chefs de Daesh menacent continuellement Israël d’attaques terroristes importantes. Nous prenons leurs menaces très au sérieux.

La frontière entre Israël et l’Égypte a longtemps été instable, notamment à cause des activités de groupes terroristes présents dans le nord du Sinaï depuis plus d’une décennie. Dès 2004, des terroristes ont visé des Israéliens dans cette zone. La plus récente menace dans cette région est la ramification d’une dangereuse organisation terroriste : Daesh au Sinaï. Les capacités terroristes de Daesh au Sinaï ne peuvent pas être ignorées. Leurs tirs, bombes, projectiles et autres attaques ont tué des centaines de civils et soldats. Depuis la création du groupe terroriste, Israël a toujours été leur cible principale. Depuis l’intégration que le groupe djihadistes Ansar Beït Al-Maqdis (ABM) a rejoint l’État Islamique, sa rhétorique anti-israélienne n’a fait qu’augmenté.

La situation au Sinaï a connu d’importants changements depuis ces cinq dernières années. Voici quelques points importants démontrant l’évolution de la menace Daesh dans cette région.

2011

Plusieurs groupes terroristes salafistes opérant dans la péninsule du Sinaï – quelques uns d’entre eux sont liés à Al-Qaïda et d’autres groupes djihadistes à Gaza – profitent des perturbations qui ont suivi la démission contrainte du présent égyptien Hosni Mubarak en 2011. Ils ont créé le groupe Ansar Beït Al-Maqdis, en français “les partisans de Jérusalem”. En 2011, ils ont concentré leurs attaques sur des cibles israéliennes, comme les oléoducs passant d’Égypte à Israël mais aussi sur les forces de sécurité égyptiennes.

Entre le 14 et 15 août, les forces égyptiennes ont déployé l’Opération Aigle, ciblant les Islamistes dans le Sud du Sinaï.

Le 18 du même mois, douze militants se sont divisés en quatre groupes pour lancer de multiples attaques transfrontalières sur l’autoroute 12 en Israël près de la frontière égyptienne. Les militants ont en premier lieu ouvert le feu sur un bus. Quelques minutes plus tard, une bombe a explosé à proximité d’une patrouille de Tsahal. Lors d’une troisième attaque, un missile antichar a été tiré sur une véhicule civil, tuant quatre isréliens. Des obus de mortiers ont aussi été tirés sur des soldats effectuant une patrouille routinière à la frontière entre Israël et l’Égypte. Au total, huit israéliens et cinq soldats égyptiens ont été tués.

2012

Israël a commencé à bâtir une barrière de sécurité de 245 km de long et de 6 mètres de haut le long de la frontière égyptienne.

Le 5 août, des militants ont pris d’assaut un avant-poste militaire égyptien, tuant plus de 15 soldats. Durant cette attaque, ils se sont aussi emparés d’un véhicule de transport de troupes ainsi que d’un camion rempli d’explosifs. Les deux véhicules se sont ensuite dirigés vers Israël. Le camion a explosé au post-frontière Kerem Shalom, à la frontière Israël-Égypte. Le véhicule de transport de troupes a continué sa route jusqu’à ce que les forces de Tsahal le détruise.


Le 7 août, les forces égyptiennes ont lancé l’Opération Sinaï qui avait pour but d’éliminer les cellules terroristes, protéger le Canal de Suez et détruire les tunnels reliant les groupes terroristes du Sinaï à ceux de Gaza. Cette opération est toujours en cours.

Le 21 septembre, trois membres du groupe Ansar Beït Al-Maqdis munis de ceintures explosives, de fusils et de lance-roquettes se sont rendus sur une zone où la construction de la barrière de sécurité n’étais pas terminée. Les militants ont ouvert le feu sur des soldats de Tsahal qui protégeaient les ouvriers chargés de finir la construction. Lors des coups de feu, Netanel Yahalomi, caporal dans le Corps de l’Armement, âgée de 20 ans a été touché. Il est mort plus tard à la suite de ses blessures.

2013

Le nouveau gouvernement de Sisi a pris des mesures fermes contre les militants islamistes du Sinaï. Le groupe a répliqué en attaquant des civils et des représentants gouvernementaux égyptiens.

2014

Le 20 janvier, les djihadistes égyptiens d’Ansar Beït Al-Maqdis ont tiré deux roquettes depuis le Sinaï vers Eilat, une ville située dans le sud d’Israël. Il n’y a eu aucun blessé. Onze jours plus tard, ces mêmes militants ont tiré une autre roquette qui a été interceptée par le Dôme de Fer.

Le 16 février, un kamikaze s’est fait exploser près d’un bus touristique à Taba, du côté égyptien non loin de la frontière avec Israël. Cet attentat suicide a tué 3 touristes sud-coréens, le conducteur du bus et a fait 17 blessés. Le groupe Ansar Beït Al-Maqdis a revendiqué l’attaque, proclamant “Un des héros de Ansar Beït Al-Maqdi est l’auteur de l’attaque sur le bus touristique qui se dirigeait vers l’entité sioniste [Israël].”


Le 24 octobre, les djihadistes d’Ansar Beït Al-Maqdis ont tué 33 agents de sécurité égyptiens en détonant une bombe à un point de passage et en tirant sur tous les soldats appelés à la rescousse. La première attaque des djihadistes égyptiens d’Ansar Beït Al-Maqdis a été la plus dévastatrice. L’Égypte a par la suite déclaré l’état d’urgence dans le nord du Sinaï.

Le 10 novembre, le groupe Ansar Bait al-Maqdis a envoyé ses membres dans le territoire de Daesh pour trouver un soutien financier. Ils ont formellement prêté allégeance à  Abu Bakr al-Baghdadi, le chef de l’État Islamique. Ils se sont faits appeler par la suite Wilayat Sinai, la “Province du Sinaï”, et ont officiellement intégré l’État Islamique.

2015

Daesh au Sinaï, Ansar Beït Al-Maqdi, continue de perpétuer des attaques sur les forces de sécurité égyptiennes, utilisant des armes et le soutien de l’État Islamique en Irak et en Syrie ainsi que du Hamas, avec qui il coopère.

Le 29 janvier, Daesh au Sinaï a attaqué les forces égyptiennes au nord de la péninsule à l’aide de voitures piégées et d’obus de mortiers. En un jour seulement, les terroristes ont tué 44 personnes, dont neuf dans un hôtel.

Le 10 juillet, les militants de Daesh ont fait détonner une voiture piégée au consulat italien au Caire – une attaque symbolique visant le christianisme. L’attaque a fait un mort et quatre blessés.

Le 31 octobre, ce même groupe terroriste a revendiqué l’attentat du vol 9268 de la compagnie Metrojet à destination de Saint Petersbourg, tuant 224 personnes majoritairement des touristes.

2016

Tsahal confirme que le Hamas soutient le groupe Ansar Beït Al-Maqdi en lui tranférant de l’argent, en l’assistant dans sa communication, dans ses entraînements et en lui apportant l’aide nécessaire à l’organisation. Daesh utilise les tunnels pour faire passer des combattants à Gaza où ils s’entraînent et recoivent des soins médicaux.

Daesh dans le Sinaï a grandi, est plus sophistiqué, plus organisé et mieux entraîné. Les djihadistes sont armés de missiles antichar, de ceintures explosives, de lance-roquettes et d’engins explosifs improvisés (EEI). Ces dernières semaines, le chef de Daesh Abu Bakr Al-Baghdad a explicitement menacé Israël, disant “Nous nous rapprochons de vous de jour en jour. Ne pensez pas que nous vous avons oubliés.” Tsahal se prépare à faire face à ces menaces. Afin de contrer Daesh, le Bataillon Caracal est en permanence positionné le long de la frontière de 394 km entre Israël et l’Égypte.

Rejoignez-nous sur Facebook et revivez en images les moments forts sur Instagram.


Share:


Comments: