Des femmes en uniforme : les nouvelles recrues du Bataillon Caracal

Banner Caracal

Une des fiertés de Tsahal est le rôle que l’armée joue en tant que facteur d’intégration et de cohésion sociale. En 2004, Tsahal a perpétué cette tradition d’innovation en créant un bataillon d’infanterie mixte : le Bataillon Caracal. Des soldats des deux sexes s’entraînent et servent ensemble dans cette unité le long de la frontière entre Israël et l’Égypte Nous avons suivi les dernières recrues du bataillon au cours de leur dernière semaine d’entraînement afin de vous apporter un document exclusif sur cette unité unique en son genre.

La base d’entraînement du Bataillon Caracal se trouve dans le désert du Néguev, dans le sud d’Israël. Après sept mois et trois semaines d’entraînement, il reste aux recrues encore 7 jours et une marche de 21 kilomètres avant de pouvoir prétendre au titre si convoité de combattants.

Caracal

“Nous avons affronté beaucoup d’obstacles ensemble”, explique le soldat Shalev. “Nous sommes venus ici avec nos parcours différents. Depuis que l’entraînement a commencé, un but commun nous a unis : nous avons tous choisi de servir dans cette unité pour le symbole de progrès qu’elle représente.”

Le soldat Shalev, comme tout autre femme-soldate du bataillon, s’est portée volontaire pour servir dans Caracal, et a dû s’engager à servir une année de plus. “Deux ou trois ans, cela ne change pas grand chose”, explique t-elle. “Être combattante est une expérience unique dans une vie.”

Interrogée au sujet de la dynamique entre les soldats de sexe masculin et féminin dans sa compagnie, le soldat Shalev dit que “nous ne faisons pas de distinction entre les deux sexes. Nous portons tous le même uniforme, les mêmes armes. Si un homme est blessé, il sait que je le prendrais sur mes épaules pour le sauver, et la réciproque est vraie.”

 Le soldat Shalev entourée de deux combattants de sa section.

Le soldat Shalev entourée de deux combattants de sa section.

Ce sentiment d’une parfaite égalité des sexes est partagée par une des commandantes des recrues, le sergent-chef Stela. “Je n’ai jamais ressenti la moindre différence entre un soldat de sexe masculin et de sexe féminin”, explique t-elle. “Je pense que cette unité a un potentiel énorme. Nous autres femmes combattantes sommes capables d’accomplir beaucoup plus que la majorité des gens pensent.”

Le sergent-chef Stela a immigré seule du Brésil à l’âge de 18 ans. “Caracal a toujours été mon objectif. Je suis venue pour servir mon peuple et mon pays”, dit-elle. “Je suis née dans une famille très religieuse de Rio de Janeiro. Je suis pratiquante. Mais que l’on soit homme ou femme, cela n’a pas d’importance lorsqu’il faut défendre son pays. Être combattant est une question de sacrifice et de motivation.”

stelafr

“J’ai appris à me connaître ici. Je suis devenue plus forte”, conclu Stela. “Je peux maintenant accomplir des tâches physiques que je n’aurais même pas envisagé faire auparavant, et je sais que mes soldats, hommes et femmes, ont aussi découvert la véritable étendue de leurs capacités pendant leur entraînement.”

Tsahal est fier de constater que de plus en plus de femmes se portent volontaires pour rejoindre les rangs des unités de combat mixtes, et que l’idée de frères et de sœurs d’armes, qui fut un jour une véritable révolution, est devenue un fait-accompli dans la société israélienne.

Rejoignez-nous sur Facebook et revivez en images les moments forts sur Instagram.


Share:


Comments: