Les photographes de combat et les forces de police des frontières au coude-à-coude

Les photographes de combat vont désormais participer à des activités opérationnelles en Judée-Samarie, rassemblant ainsi des images de la violence palestinienne et des activités de routine de la police des frontières.

De nos jours, les soldats de la police des frontières israéliennes sont équipés de caméras afin de pouvoir fournir des images de leurs activités opérationnelles.

Désormais, les activités opérationnelles seront accompagnées par des photographes de combat  équipés de caméras de pointe qu’ils utilisent sur le terrain, ce qui leur permettra de fournir des preuves contre les détenus en reflétant la réalité de la violence palestinienne en Judée et Samarie.

Émeute en Judée-Samarie

Émeute en Judée-Samarie

Ronen Yosefi, officier des opérations de la police des frontières en Judée-Samarie, a expliqué : « au cours de nos activités, nous avons compris qu’il y avait une lacune dans le domaine de la documentation de nos opérations, et que nous devons trouver un moyen d’effectuer des arrestations tout en contribuant à l’enquête judiciaire ultérieure ».

Actuellement, la division de la documentation opérationnelle de l’unité du Porte-parole de Tsahal entraîne une trentaine de soldats de la police des frontières, et leur enseigne à documenter des incidents et des preuves trouvés sur le terrain.

Le porte-parole de Tsahal et l’un de ses soldats, cameraman de terrain

Le porte-parole de Tsahal et l’un de ses soldats, cameraman de terrain

Le commandant de la formation, le général (rés.) Eliran Chiat, a déclaré que le cours régulier pour les photographes de combat a été raccourci à cinq jours et que le contenu a été adapté pour répondre aux besoins particuliers de la police des frontières.

Le général (rés.) Chiat a également expliqué que les caméras GoPro que les soldats utilisent sont particulièrement bien adaptées à l’activité de la police des frontières parce qu’elles sont durables dans des conditions extrêmes et sont résistantes à l’eau, au gaz et aux projectiles.

Un soldat cameraman s’apprête a monter dans un hélicoptère

Un soldat cameraman s’apprête à monter dans un hélicoptère

De plus, le commandant de la police des frontières, Eyal Moedi,  a exprimé sa joie à l’ouverture de cette nouvelle formation. «Ce cours a une énorme importance pour nous », a-t-il dit. «Nous sommes mis à l’épreuve dans chaque émeute, et nous comprenons que nous devons refléter avec exactitude la réalité de la situation afin d’aider les enquêtes judiciaires ultérieures. »

Prenez vos infos à la source – Rejoignez-nous sur Facebooket suivez le fil info de Tsahal en français sur Twitter.


Partager:


Comments: