17h15, aujourd’hui: les combattantes de la frontière égyptienne se livrent au micro de France Info

Dans un contexte d’actualité brûlante dans le Sinaï, une équipe de Radio France s’est penchée sur le premier bataillon mixte de Tsahal, le bataillon Karakal, déployé à la frontière israélo-égyptienne. 5 minutes avec les combattantes de Karakal, c’est aujourd’hui à 17h15 sur France Info.

Le bataillon Karakal a pour mission de prévenir les infiltrations, contrecarrer les tentatives d’infiltration des terroristes et lutter contre les trafics et la contrebande.

Les soldates combattantes du Bataillon Karakal en action

Des hommes et des femmes…

Composé à la fois de soldats et de soldates combattants, ce bataillon d’infanterie offre aux femmes la possibilité de servir de manière aussi intensive que dans les autres bataillons d’infanterie réservés exclusivement aux hommes.

Le bataillon Karakal a été créé en réponse à une volonté croissante des femmes d’intégrer des unités combattantes.

Avant l’Indépendance de l’État, les femmes servaient déjà comme combattantes dans les groupes armés qui deviendront plus tard l’Armée de Défense d’Israël, puis pendant la Guerre de Kippour, en 1973, elles sont de nouveau appelées sur le terrain, en réponse au besoin urgent d’augmenter la capacité des forces terrestres. Elles sont alors instructrices de combat, sergents d’opérations ou encore officiers de combat. Finalement, en janvier 2000, une décision de la Cour Suprême Israélienne offre la possibilité aux femmes qui le désirent de servir en tant que soldates combattantes dans Tsahal. Comme les hommes, elles servent 3 ans et effectuent des périodes de réserve jusqu’à l’âge de 38 ans, même après une grossesse .

…déployés le long d’une frontière fragile

Les terroristes du Jihad islamique opérant à Gaza et dans le Sinaï  sont en train de transformer le Sinaï en une plateforme terroriste, notamment grâce au soutien financier et logistique de pays comme la Lybie, l’Irak ou le nord du Soudan et d’Al-Qaeda. Il existe des réseaux de tunnels creusés par le Hamas entre le territoire et le Sinaï égyptien utilisés pour la contrebande d’armes et l’infiltration de terroristes.

La construction d’une nouvelle clôture de sécurité le long de la frontière israélo-égyptienne a été accélérée, son édification jugée désormais urgente à la lumière des troubles régionaux de ces derniers temps et des attaques terroristes meurtrières qui ont eu lieu au mois d’août dernier.


Partager:


Comments: