Comment les soldats s’entraînent à réagir en cas d’émeutes violentes ?

Au cours des deux dernières années, plus de 200 soldats israéliens ont été blessés par des manifestants violents en Judée-Samarie. Presque chaque semaine, les palestiniens et les militants étrangers se rassemblent en Judée-Samarie et cherchent à provoquer des confrontations violentes avec les soldats israéliens.

Émeutes au point de passage de Qalandiya hier (21 septembre)

Quelle est la procédure suivie par les soldats pour disperser des émeutes violentes ?

Tsahal utilise une grande variété de moyens de dispersion d’émeutes non létaux lors d’événements de manifestations et d’émeutes, tels que ceux organisés régulièrement au point de passage de Qalandiya ou encore l’incident de la flottille sur le bateau turc Mavi Marmara en mai 2010. Les moyens de dispersion d’émeutes sont des moyens utilisés pour disperser les manifestations et les émeutes non létaux, c’est-à-dire qu’ils ne sont pas mortels. Les armes non létales sont conçues pour que la cible ne soit pas tuée ou blessée lourdement.

Les soldats de Tsahal dispersent les émeutiers selon les règles strictes suivantes:

1. Les soldats israéliens interpellent les émeutiers et leur demandent de faire cesser les violences.

2. Si les manifestants continuent à jeter des pierres ou à avoir un comportement violent et agressif, les soldats utilisent le système « skunk » (litt. putois). Il s’agit d’un produit chimique avec une odeur particulièrement forte envoyé par le biais d’un canon à eau.  Ce système permet de disperser les émeutiers sans leur infliger aucune blessure.

3. Des gaz lacrymogènes sont utilisés si les émeutiers continuent leurs provocations, ce que les lois européennes et américaines prévoient également dans ce genre de situ

ations. Une fois diffusé, ce liquide non létal se transforme en aérosol qui irrite les muqueuses des yeux, du nez, de la bouche et des poumons sans causer de dommages sur le long-terme.

4. En dernier recours, les forces de sécurité israéliennes tirent des balles en caoutchouc. Les balles en caoutchouc constituent une autre alternative non létale aux balles réelles. Elles sont utilisées par les forces de pays de l’Union-Européenne et aux Etats-Unis pour disperser des émeutes. Ces balles peuvent provoquer des blessures légères à la tête et sont de fait tirées vers les jambes, afin de minimiser les risques.

Mais les précautions prises par l’armée israélienne ne s’arrêtent pas là : les soldats suivent également des entraînements pour apprendre à se servir des moyens de dispersion d’émeutes non létaux

Les soldats et leurs officiers sont entraînés afin de réagir au mieux face aux émeutiers. Pour ce faire, ils effectuent à plusieurs reprises des exercices basés sur différents scénarii afin d’être prêts à faire face à une réelle escalade de la violence. Les officiers sont formés à prendre les bonnes décisions en cas d’attaques sur plusieurs fronts. Ces entraînements placent le respect  de la vie humaine et le professionalisme au cœur de la formation des soldats.


Partager: