Opération « Raisins de la Colère » (11 Avril 1996)

Tsahal au passé > Guerres et Opérations > Opération « Raisins de la Colère »

En réponse aux centaines de tirs de roquettes Katioucha dirigées contre les villes du nord d’Israël (particulièrement sur la ville de Qiryat Shmona) par les forces du Hezbollah du Sud-Liban, le chef du gouvernement Shimon Peres décida de lancer l’Opération « Raisins de la Colère » le 11 avril 1996.

Opération Raisins de la Colère

Au total, 639 roquettes avaient atterri sur le nord d’Israël.

Au cours de l’opération,  des villages chiites du Sud-Liban furent bombardés dans le but de provoquer un déplacement des civils vers le nord en direction de Beyrouth et ainsi faire pression sur les gouvernements syrien et libanais pour qu’ils luttent concrètement contre les actions du Hezbollah.

« L’idée derrière cette opération est de créer les meilleures conditions à l’échelle nationale et diplomatique pour arriver à des négociations avec les libanais et les syriens », expliqua le Général de Division Herzl Bodinger, Commandant de l’Armée de l’Air Israélienne de l’époque. La mise en œuvre cette idée passait par une attaque des infrastructures pour entraîner des dommages économiques collatéraux qui deviendraient de plus en plus importants avec le temps afin d’influencer largement les habitants et le gouvernement libanais.

Peu de temps après le début de l’opération, il fut décidé qu’il était injuste de créer une situation dans laquelle les gouvernements libanais et syrien souffriraient tandis que le Hezbollah, le responsable direct des tirs de roquettes et donc du lancement de cette opération, s’en sortait sans perte.

Lieux civils où des terroristes du Hezbollah s’étaient réfugiés

Par conséquent, il fut décidé que tous les lieux civils où des terroristes du Hezbollah  s’étaient réfugiés, s’ils ont préalablement été vidés de leurs civils, seraient détruits.

Partager: