Lieutenant-général Haïm Laskov, 5ème Chef d’État-major de Tsahal (de 1958 à 1961)

Grandes Figures de Tsahal > Haim Laskov

Haïm Laskov (1919-1982) est né dans la ville russe de Borisov en 1919. A l’âge de six ans, il immigre en Israël avec ses parents et les autres membres de sa famille.

Une jeunesse marquée par diverses influences britanniques

Haïm Laskov (hébreu : חיים לסקוב) s’engage activement dans la Haganah dès l’âge de 16 ans et est considéré comme le bras droit de Yaakov Dori qui était alors le Commandant de la région de Haïfa  et qui deviendra par la suite le tout premier Chef d’État-major de Tsahal. Plus tard, Laskov sert comme commandant de groupe et se découvre des aptitudes en matière de commandement, de fermeté, d’énergie et de force de persuasion.

Haïm Laskov

Haïm Laskov

L’un des chapitres les plus passionnants de la vie de Laskov est son engagement dans les « les escadrons spéciaux nocturnes » (hébreu : פלוגות הלילה, ‘Plougot HaLayla’) aux côtés de son ami, l’officier britannique Charles Orde Wingate. Haïm Laskov a été très largement influencé par l’image de Wingate à la fois en tant qu’être humain et en tant que commandant.

En 1941, Laskov se porte volontaire dans la brigade juive de l’Armée Britannique qui combat contre les puissances de l’Axe. Il  devient commandant de compagnie du deuxième bataillon et combat sur le front de la mer Méditerranée. Pendant son service au sein de l’armée britannique, Haïm Laskov obtient le grade de « Major », le grade le plus élevé jamais attribué à un volontaire originaire de la terre d’Israël.

Retour en Israël et participation décisive à la Guerre d’Indépendance

A son retour en Israël, il occupe le poste d’officier d’instruction de la Haganah. Il est responsable du premier programme de formation d’officiers de Tsahal.

Lorsque la Guerre d’Indépendance éclate, il occupe différents postes de commandement dans diverses opérations. Sous le commandement du Général de Division David Marcus, commandant du front de Jérusalem, il dirige le bataillon d’infanterie mécanisée de la 7ème Brigade, dont la mission était de prendre le contrôle du poste de police de Latroun. A l’issue de l’opération, le général Marcus écrivit : «  Les soldats de l’unité blindée (sous le commandement de Laskov) ont été superbes, tandis que l’infanterie a constitué l’un de nos points faibles ».

Il participe avec son bataillon aux opérations « Dekel » et « Hiram » grâce auxquelles l’armée parvient à libérer Nazareth et des régions du nord qui étaient auparavant entièrement sous contrôle arabe. Entre 1948 et 1951, Laskov est Chef de la Branche d’Instruction de Tsahal et met au point un modèle pour l’établissement de nouvelles unités blindées et d’infanterie.

Ascension progressive au rang suprême de Tsahal

En 1951, Laskov est nommé Commandant de l’Armée de l’Air par le Chef d’État-major de l’époque Yigal Yadin bien qu’il ne soit pas pilote et en dépit de son manque d’expérience dans l’aviation israélienne. Yadin justifie sa décision en affirmant que Laskov est un commandant de niveau particulièrement élevé, que sa discipline en temps de guerre ou d’opération est sans pareille, et qu’il est selon lui le plus apte à moderniser la structure de l’Armée de l’Air. En juin 1956, il est nommé Commandant du Corps Blindé Mécanisé.

Lors de l’Opération Kadesh (ou opération franco-israélo-britannique du Sinaï de 1956), Laskov occupe le poste de commandant de la 77ème Division qui combat le long de l’axe Rafah – el-Arish – el Qantara. Après la mort du Général de Division Assaf Simhoni dans un accident d’avion, Laskov devient Commandant du Commandement de la Région Sud.

Après la guerre, Moshé Dayan reconnaît que Laskov avait raison dans le conflit majeur qui les opposait sur la façon de faire participer le Corps Blindé Mécanisé. Ce fut la première fois que les soldats de ce corps sortirent les premiers, précédent toutes les autres unités des forces terrestres.

Le 1er janvier 1958, Haïm Laskov est nommé 5ème Chef d’État-major de l’Armée de Défense d’Israël. Au cours de son mandat, les frontières restent calmes en dépit de quelques incidents de tirs recensés sur le front syrien en raison du conflit sur le contrôle des zones démilitarisées.

Haïm Laskov laisse un héritage considérable dans la structure et le développement de Tsahal, en faisant du Corps Blindé Mécanisé un atout majeur de Tsahal.

Carrière civile

Le 1er janvier 1961, Laskov prend sa retraite et sert comme chef de la Direction de l’Administration Portuaire de 1961 à 1970. En novembre 1972, il devient premier médiateur des soldats du pays, et ne quitte pas ce poste jusqu’à sa mort. Il a aussi fait partie de la Commission Agranat chargée d’examiner le déroulement des évènements ayant mené à la Guerre du Kippour et en particulier l’échec des services de renseignements israéliens.

Il s’est éteint en 1983.

Partager: