L’Irgoun

Ancêtres de Tsahal > Le Palmah

L'Irgoun préconisait une ligne d'action énergique contre l'agression arabe et s'opposait à la politique modérée adoptée par la Haganah

L’Irgoun préconisait une ligne d’action énergique contre l’agression arabe et s’opposait à la politique modérée adoptée par la Haganah

L’Irgoun, de son nom complet « Irgoun Tsvaï Léoumi » (hébreu : ארגון צבאי לאומי, litt. Organisation Militaire Nationale, surnommé Etzel), était une organisation clandestine qui opérait en Palestine mandataire dans les années 1930 et 1940.

Suite aux perturbations de l’été 1929, un groupe de commandants et de membres de la Haganah, dirigés par Avraham Tehomi, décida de créer un nouveau groupe et de l’appeler « Irgoun Tsvaï Léoumi ». Peu de temps après, les groupes de jeunesse du Betar adhérèrent à la nouvelle organisation.

Le 5 décembre 1936, Avraham Tehomi signa un accord avec Ze’ev (Vladimir) Jabotinsky, le leader du Mouvement Révisionniste, faisant de Jabotinsky le commandant de l’Irgoun. En avril 1937, environ la moitié des membres retournèrent dans les rangs de la Haganah ; quelques 1 500 hommes restèrent dans l’Irgoun.

Zeev Jabotinsky

L’Irgoun préconisait une ligne d’action énergique contre l’agression arabe et s’opposait à la politique modérée adoptée par la Haganah. En avril 1938, trois membres de l’Irgoun attaquèrent un bus arabe qui voyageait de Safed vers Rosh Pinah, en représailles au meurtre de l’une de leurs camarades. L’opération échoua et les trois membres furent capturés par les britanniques. Shlomo Ben-Yossef, l’un des trois hommes, fut condamné à mort et exécuté dans la prison d’Acre le 18 juin 1938 ; quant à ses jeunes partenaires, ils furent condamnés à de longues peines de prison. Shlomo Ben-Yossef fut le premier juif à être pendu par les britanniques en Palestine mandataire. De 1938 à 1947, onze autres membres de l’Irgoun et du Lehi furent exécutés par les britanniques.

Dans les années 1930, l’organisation a également participé à l’immigration illégale et en 1939 elle avait déjà réussi à amener 6 000 immigrants illégaux en Palestine. Le début de la Deuxième Guerre Mondiale et l’alliance avec la Grande-Bretagne dans le combat contre l’Allemagne nazie ont poussé l’organisation à une cessation de ses actions offensives en Palestine.

Cependant, le 1er février 1944, Menahem Begin, le nouveau commandant de l’Irgoun qui était arrivé en Palestine pendant la guerre avec l’Armée Polonaise du Général Anders, déclara une « révolte » contre les britanniques qui persistaient avec la politique du Livre Blanc de 1939 – une série de lois et de mesures limitant l’installation des Juifs en Palestine mandataire. La révolte se matérialisa en une série d’attaque sur des bâtiments du gouvernement.

En octobre 1945, la Haganah parvint à un accord avec l’Irgoun et le Lehi pour coordonner la lutte.

La coopération entre les organisations fut rompue suite à l’attentat à la bombe commis par l’Irgoun contre l’Hôtel King David à Jérusalem le 22 juillet 1946, le Quartier Général du secrétariat du gouvernement mandataire – un attentat qui, selon la Haganah, n’avait pas été coordonné avec elle.

Le 31 mai 1948, lorsque l’Armée de Défense d’Israël fut créée, l’Irgoun annonça que ses membres rejoindraient ses rangs.

Retour en haut de page

Partager: