Corps d’Infanterie – Brigade Nahal

Armée de Défense d’Israël > Unités de Tsahal > Forces Armées > Forces TerrestresCorps d’InfanterieBrigade Nahal

Brigade Nahal

La Brigade Nahal (anglais : Nahal Brigade ; hébreu : חטיבת הנח »ל, ‘Hativat HaNahal’) est une brigade d’infanterie qui est subordonnée à la Division de Judée-Samarie. Le mouvement Nahal a été créé en 1948 par David Ben-Gourion dans la lignée de l’esprit pionnier de l’unité « Tour et Muraille » du Palmah et du Lehi. Le mot Nahal est d’ailleurs une contraction de trois mots en hébreu signifiant « jeunesse pionnière combattante » (hébreu : נוער חלוצי לוחם, ‘Noar Haloutsi Lohem’).

  • Type d’entraînement basique : ‘Tironout 05’
  • Fusil d’assaut : M-16 raccourci
  • Profil médical requis : de 82 à 97
  • Béret : Vert clair
  1. Un Peu d’Histoire
  2. Structure

1. Un Peu d’Histoire

Le rôle des jeunes soldats de la brigade dans ses premiers jours était d’approvisionner les soldats en ressources militaires suffisantes, mais aussi d’aider à la création de kibboutzim et de nouvelles communautés agricoles.

La Brigade Nahal, quant à elle, a été créée en 1982 à la fin de l’Opération Paix en Galilée, en réponse au besoin de fonder une brigade d’infanterie supplémentaire. Depuis sa création, la Brigade Nahal a largement favorisé l’intégration des nouveaux immigrants en Israël en recrutant nombre d’entre eux dans ses rangs. Aujourd’hui, la brigade a rompu les liens particuliers qui la liaient avec les populations des communautés agricoles, et elle intègre des soldats de toutes les couches de la population.

Au fil des ans, la Brigade Nahal a été impliquée dans de nombreux conflits. Lors de l’Opération Paix en Galilée, elle a atteint la ville de Beyrouth et participé à son siège. Au cours de la Première Intifada, la brigade s’est focalisée sur les villes de Judée-Samarie et a développé une méthode de lutte antiterroriste, qu’elle a mise en application dans les villes palestiniennes. Elle a également joué un rôle majeur pendant la Seconde Intifada et la Deuxième Guerre du Liban.

La préparation au combat est érigée comme valeur suprême au sein de la Brigade Nahal. Les soldats et commandants de la brigade favorisent une culture organisationnelle fondée sur la qualité des ressources humaines. Les soldats de la brigade sont toujours prêts au combat et mettent l’accent sur les valeurs de dévotion et de camaraderie. Ils portent un béret vert clair et des chaussures rouges.

Retour en haut de page

2. Structure

La Brigade Nahal est composée de trois bataillons réguliers et d’un bataillon de reconnaissance qui est considéré comme le bataillon d’élite de la brigade. Les bataillons de la brigade existaient et étaient opérationnels avant la création de la Brigade Nahal.

En juin 1976, Tsahal décida de la création de deux bataillons de sécurité de routine : un au nord (le futur Bataillon ‘Shaham’) et un au sud (le futur Bataillon ‘Granit’). Les bataillons portent des noms de roches qui renvoient l’unité à son activité d’origine liée à la terre.

Bataillon ‘Shaham’ (litt. granite)

Le Bataillon ‘Shaham’ a été créé en 1976, en tant que bataillon de sécurité de routine qui était en charge jusqu’à l’Opération Paix en Galilée des activités de routine le long de la frontière nord d’Israël et au sud du Liban. Aujourd’hui, le bataillon est hautement engagé dans des activités opérationnelles dans les territoires de Judée-Samarie, de la bande de Gaza, et à la frontière nord du pays.

Bataillon ‘Granite’ (litt. granite)

Le Bataillon ‘Granite’ a été créé en tant que bataillon de sécurité de routine, dont l’essentiel des activités jusqu’à l’Opération Paix en Galilée consistait à poursuivre les terroristes dans la Vallée du Jourdain. Pendant cette opération, le bataillon a participé à la célèbre bataille de Ain Zhalta qui opposa les forces israéliennes aux bataillons commandos et blindés syriens. En 1983, le bataillon a rejoint la Brigade Nahal et a participé au tout premier exercice de brigade.

Aujourd’hui, le bataillon exécute des opérations dans les régions de Judée-Samarie et de la bande de Gaza, et à la frontière nord d’Israël.

Bataillon ‘Bazelet’ (litt. basalte)

C’est un bataillon unique en son genre dans Tsahal car il est composé en partie de membres de « gar’in » (voir ci-dessous pour une explication de ce qu’est un « gar’in »). Ce bataillon est l’un de ceux qui réunit le plus large éventail de la population israélienne (nouveaux immigrants, jeunes de kibboutzim et moshavim, jeunes originaires des grandes villes, etc.) Comme pour tous les bataillons combattants, il existe 3 cycles d’enrôlement aux mois de mars, août et novembre. Le cycle du mois de mars mélange des membres de « gar’in » avec des recrues ayant suivi un parcours classique ; le cycle du mois d’août n’admet que des membres de « gar’in » ; enfin, le cycle du mois de novembre n’admet que des recrues ayant suivi un parcours classique. A la fin de la période d’entraînement, les membres de chaque cycle sont mélangés.

Le Bataillon ‘Bazelet’ est aussi appelé bataillon parachutiste de Nahal parce qu’il a appartenu à la Brigade Parachutiste jusqu’en 1987. Ce bataillon a participé à de très nombreuses batailles (Mitla, Colline des Munitions, Karameh, Beyrouth, Tell a-Saki etc.)

En 1987, il fut décidé d’unifier le bataillon parachutiste de Nahal avec le 950ème bataillon qui était composé des soldats vétérans de la Brigade Nahal, ce qui mena à la création du Bataillon ‘Bazelet’ que nous le connaissons aujourd’hui. A l’heure actuelle, le bataillon opère à la frontière nord d’Israël et dans les territoires de Judée-Samarie et de la bande de Gaza.

Qu’est-ce qu’un « gar’in » ?

Un « gar’in » (hébreu : גרעין, litt. noyau) est un groupe de jeunes qui suivent un programme spécifique qui commence avant même leur intégration dans l’armée. Les membres de « gar’in » effectuent une année de pré-service que l’on peut qualifier de « service civil », au cours de laquelle ils se portent volontaires pour apporter de l’aide dans des quartiers défavorisés, dans des villes en développement, dans des kibboutzim et dans des centres de population où vivent des enfants et adolescents qui nécessitent une éducation et une attention particulières.

Les membres du « gar’in » intègrent par la suite le Bataillon ‘Bazelet’ où ils servent pendant un an et demie en tant que soldats combattants.

Ils poursuivent ensuite leur service pendant une année supplémentaire de bénévolat dans le domaine du social (en hébreu, cette année s’appelle ‘Perek Messima’, פרק משימה).

A l’issue de cette année, ils retournent à l’armée pour 6 mois durant lesquels ils réalisent des opérations de routine.

Bataillon de Reconnaissance (hébreu : גדס »ר, ‘Gadsar’ ; ou סיירת, ‘Sayeret’)

Le Bataillon de Reconnaissance (bataillon d’élite de la brigade) est composé de 3 compagnies. Les soldats désireux de rejoindre le Bataillon de Reconnaissance, considéré comme le bataillon d’élite de la brigade, doivent passer des tests de sélection très difficiles physiquement et mentalement qui visent à éprouver la volonté et les aptitudes des soldats, et qui ont lieu pendant la phase d’entraînement basique.

  • Compagnie de Reconnaissance (hébreu : פלס »ר, ‘Palsar’) : la mission de cette compagnie est de mener la brigade au combat, d’exécuter des opérations de navigation, patrouille et renseignement, ainsi que des raids et opérations spéciales. Les soldats de cette unité d’élite suivent un entraînement particulièrement exigeant, ce qui leur permet d’acquérir une excellente condition physique et de très hautes compétences de combat. Le « Palsar Nahal » est l’une des meilleures compagnies de reconnaissance de Tsahal.
  • Compagnie d’Ingénierie (hébreu : פלחה »ן, ‘Palhan’) : Elle exécute des opérations de sabotage dans le territoire ennemi, de détonation de charges explosives, de pose de mines, de construction de tunnels, etc. Les soldats de cette compagnie portent de lourdes mines sur leur dos en plus du reste de leur équipement. Il est donc nécessaire d’être constamment en parfaite santé physique.
  • Compagnie Antichars ‘Orev’ (hébreu : פלנ »ט, ‘Palnat’) : cette compagnie fait usage de missiles destinés à percer les chars blindés et les VTT (Véhicule de Transport de Troupes) de l’ennemi. Les soldats de cette unité utilisent le missile  antichar TAW connu dans Tsahal sous le nom de missile ‘Orev’.

Retour en haut de page

Partager: