Corps d’Infanterie – Brigade Golani

Armée de Défense d’Israël > Unités de Tsahal > Forces Armées > Forces TerrestresCorps d’Infanterie > Brigade Golani

Brigade Golani

Le Golani (anglais : Golani Brigade ; hébreu : חטיבת גולני, ‘Hativat Golani’) est la seule brigade d’infanterie régulière de Tsahal qui fonctionne sans interruption depuis sa création en février 1948. La brigade dépend du Commandement de la Région Nord. Les soldats de la brigade portent un béret marron et des chaussures noires.

 

  1. Un Peu d’Histoire
  2. Structure

1. Un Peu d’Histoire

Le 28 février 1948, la Brigade ‘Lebanoni’ fut divisée en deux brigades distinctes : Golani et Carmeli. La Brigade Carmeli était en charge de la protection de la partie nord-ouest du pays, tandis que la Brigade Golani fut affectée à la défense de la région nord-est, elle-même divisée en 4 zones : la zone de Tel Hai, la zone du Lac de Tibériade, la zone de Gilboa dans la Vallée de Harod et la zone de Jezréel. C’est sur la base de ces zones que 4 bataillons d’infanterie furent créés dans les premiers jours de la Brigade Golani.

La Brigade Golani a participé à plusieurs batailles importantes et opérations déterminantes dans l’histoire de l’État d’Israël, depuis les batailles livrées lors de la Guerre d’Indépendance pour freiner l’ennemi dans la Vallée du Jourdain jusqu’aux guerres du Liban.

Retour en haut de page

2. Structure

La Brigade Golani compte 3 bataillons réguliers et un bataillon de reconnaissance, lui-même constitué de 4 compagnies.

Bataillon ‘Barak’

Le Bataillon ‘Barak’ est avec le Bataillon ‘Gideon’ l’un des deux bataillons de la brigade présents depuis sa création. A l’origine, ce bataillon était responsable de la protection de la zone du Lac de Tibériade. Les soldats du bataillon ont participé à toutes les guerres d’Israël, mais se sont particulièrement distingués lors de la difficile prise du poste militaire syrien de Tel Facher pendant la Guerre des Six Jours, de l’Opération Entebbe en 1976 et de l’Opération Bleu et Marron en 1988. Depuis sa création, le bataillon a perdu 4 commandants de bataillon au combat, dont le premier commandant de bataillon druze de Tsahal, le Lieutenant-colonel Houssian Amir Ali Amar.

Origine du nom

Le bataillon est nommé d’après le juge et général biblique du peuple d’Israël Barak Ben Avinoam, qui lutta contre les armées cananéennes et finit par obtenir une victoire définitive contre les troupes de Sisra et du roi Yabin qui opprimaient les Israélites.

Bataillon ‘Gideon’

Ce bataillon est en charge de la défense de la zone de Gilboa depuis sa création. L’héritage du bataillon comprend entre autres : l’Opération ‘Assaf’ conduite pendant la Guerre d’Indépendance, la participation à la prise des postes militaires syriens de Tel Facher et Tel Azziat et à la conquête du site des ruines de Baniyas pendant la Guerre des Six Jours, le combat sur le Hermon pendant la Guerre du Kippour et l’Opération ‘Litani’. Jusqu’à aujourd’hui, le bataillon poursuit son activité de sécurité de routine dans la protection des communautés israéliennes localisées près de la frontière du nord du pays, dans les régions de Judée-Samarie et de la bande de Gaza.

Origine du nom

Il tire son nom du juge et général biblique du peuple d’Israël Gideon, connu pour son sens de la justice et qui défendit le peuple d’Israël avec détermination grâce à sa science du combat.

Bataillon ‘HaBokim HaRishon’ (litt. les premières brèches)

Ce bataillon a été créé en tant que premier bataillon de la Brigade Givati ; il a rejoint la Brigade Golani en 1956. Depuis sa participation à l’Opération ‘Yoav’ en 1948, le bataillon a été impliqué dans toutes les guerres d’Israël. La conquête de Rafah pendant l’Opération franco-israélo-britannique dans le Sinaï en 1956, la capture de Tel Azziat pendant la Guerre des Six Jours et la reconquête du Hermon pendant la Guerre du Kippour, font partie de ses faits d’armes les plus marquants.

Origine du nom

Son nom vient de l’Opération ‘Yoav’ en 1948, dont le but était de créer une brèche dans le désert du Néguev alors assiégé, et de scinder l’armée égyptienne en deux. Le bataillon a été le premier à ouvrir le chemin, ce qui explique l’origine de son nom.

Bataillon de Reconnaissance (hébreu : גדס »ר, ‘Gadsar’ ; ou סיירת, ‘Sayeret’)

Le Bataillon de Reconnaissance est composé de 4 compagnies. Les soldats désireux de rejoindre le Bataillon de Reconnaissance, considéré comme le bataillon d’élite de la brigade, doivent passer des tests de sélection très difficiles physiquement et mentalement qui visent à éprouver la volonté et les aptitudes des soldats, et qui ont lieu pendant la phase d’entraînement basique.

  • Compagnie de Reconnaissance (hébreu : פלס »ר, ‘Palsar’) : la mission de cette compagnie est de mener la brigade au combat, d’exécuter des opérations de navigation, patrouille et renseignement, ainsi que des raids et opérations spéciales. Les soldats de cette unité d’élite suivent un entraînement particulièrement exigeant, ce qui leur permet d’acquérir une excellente condition physique et de très hautes compétences de combat.
  • Compagnie d’Ingénierie (hébreu : פלחה »ן, ‘Palhan’) : Elle exécute des opérations de sabotage dans le territoire ennemi, de détonation de charges explosives, de pose de mines, de construction de tunnels, etc. Les soldats de cette compagnie portent de lourdes mines sur leur dos en plus du reste de leur équipement. Il est donc nécessaire d’être constamment en parfaite santé physique.
  • Compagnie Antichars ‘Orev’ (hébreu : פלנ »ט, ‘Palnat’) : cette compagnie fait usage de missiles destinés à percer les chars blindés et les VTT (Véhicule de Transport de Troupes) de l’ennemi. Les soldats de cette unité utilisent le missile antichar TAW connu dans Tsahal sous le nom de missile ‘Orev’.
  • Compagnie de Liaison (פלחי »ק, ‘Palhik’) :les soldats de cette compagnie reçoivent une formation d’infanterie et servent d’opérateurs de communication sans fil de la brigade pendant ses activités de routine, les combats ou les opérations spéciales.

Retour en haut de page

Partager: