Le Hamas transforme les hôpitaux et les ambulances en bastions terroristes

banner hopital wafa

L’un des objectifs fondamentaux du droit des conflits armés est l’immunité, lors de frappes, des hôpitaux, des ambulances et des médecins à qui le droit international accorde une protection particulière. Cependant, que se passe t-il lorsque le Hamas les utilise comme bastions terroristes pour mener ses attaques contre Israël ?

Suivez le fil info de l’Opération Bordure Protectrice ici.

Le Hamas choisit d’utiliser ces zones protégées à des fins militaires afin de se protéger des frappes de Tsahal, et d’engendrer des condamnations internationales contre Israël lorsque Tsahal est forcée de riposter.

Dans le monde du Hamas, les hôpitaux sont des centres de commandement, les ambulances sont des véhicules de transport, et les médecins des boucliers humains. Le Hamas viole gravement le droit international lorsqu’il agit de la sorte. L’organisation terroriste sape les protections qui permettent, en temps de guerre, l’apport de soins médicaux à ceux qui en ont besoin, et menace la sécurité de tous ceux qui travaillent dans ces services.

L’Hôpital Wafa : un centre de commandement et site de lancement de roquettes du Hamas

Le Hamas a transformé l’Hôpital Wafa, un bâtiment civil du quartier Shuja’iya de Gaza, en un centre de commandement, en un site de  lancement de roquettes, en un point d’observation, en un poste utilisé par les snipers, en une cache d’armes, en une protection pour un tunnel et en une base militaire pour mener des attaques contre Israël et les forces de Tsahal.

Ascenseur hôpital wafa

Le Hamas a, à plusieurs reprises, ouvert le feu depuis les fenêtres de l’hôpital et a utilisé des missiles antichars sur les lieux. Le Hamas a délibérément et cyniquement transformé l’hôpital en une cible militaire légitime.

En réponse à la menace que cela représentait pour les forces de Tsahal, l’armée israélienne a transmis à plusieurs reprises des avertissements au personnel de l’hôpital, aux responsables palestiniens et aux organisations humanitaires internationales, dont l’Organisation Mondiale de la Santé, leur demandant d’agir pour stopper l’utilisation de l’hôpital à des fins militaires, et en les prévenant que Tsahal sera forcée d’agir si les activités terroristes se poursuivent.

En voyant que les activités du Hamas ne cessaient pas, dès la première semaine de l’opération, Tsahal a plusieurs fois contacté les personnes concernées et a demandé à tous les civils sur place de quitter les lieux.

Le 23 juillet 2014, le Hamas a continué à tirer depuis l’hôpital. Tsahal a une fois de plus procédé à des avertissements téléphoniques le même jour. Des enregistrements audio de cet appel confirment qu’aucun personnel médical ou patient n’était dans le bâtiment.

Après avoir confirmé qu’aucun civil n’était présent aux alentours, Tsahal a frappé l’enceinte et les terroristes se cachant dans l’hôpital, afin de neutraliser la menace posée sur les forces israéliennes. Il est possible de voir des secondes explosions, confirmant les renseignements de Tsahal concernant le site.

Cette vidéo montre les tirs provenant de l’hôpital, les avertissements de Tsahal, sa frappe et les secondes explosions :

Dans ce cas, les actions de Tsahal allaient au-delà de ses obligations face au droit international.

En plus de transformer les hôpitaux en bastions terroristes, le Hamas utilise les ambulances pour transporter ses terroristes. Lorsque des ambulances sont exploitées à des fins militaires, elles perdent éventuellement leur protection contre des frappes et peuvent devenir des cibles légitimes selon le droit international.

Le 22 juillet au matin, les forces de Tsahal ont fait face à des terroristes dans la bande de Gaza et ont tué 10 d’entre eux. Les autres ont utilisé une ambulance pour s’enfuir. Afin d’éviter les dommages civils, Tsahal n’a pas ciblé l’ambulance.

Minimiser les pertes civiles

Tsahal s’efforce de ne pas nuire à la population civile de la bande de Gaza. L’armée israélienne facilite notamment l’approvisionnement des services de santé via l’unité de Coordination des Activités Gouvernementales dans les Territoires (COGAT) qui coordonne ce type d’activités avec les organisations internationales opérant dans Gaza.

Tsahal permet également le transfert d’équipement médical vers la bande de Gaza via les points de passage. En cas d’urgence, il est même autorisé à certains habitants de Gaza d’entrer en Israël pour recevoir des soins plus approfondis. En outre, l’armée israélienne a ouvert un hôpital temporaire au point de passage Erez, afin d’apporter des soins aux civils palestiniens blessés de la bande de Gaza.

Tsahal maintiendra tous ses efforts pour minimiser les pertes civiles tout en continuant à remplir ses objectifs militaires en accord avec le droit international.

L’armée israélienne rappelle que lorsque des infrastructures et véhicules médicaux sont utilisés à des fins militaires, ils sont susceptibles de perdre leur immunité contre des frappes et peuvent être ciblés en conformité avec les exigences du droit international.

Rejoignez-nous sur Facebook et revivez en images les moments forts sur Instagram.


Partager:


Commentaires: