Sur les réseaux sociaux du Hamas, les terroristes se transforment en civils innocents

hamas twitter

Le Hamas utilise une nouvelle stratégie pour cacher sa vraie nature terroriste au monde. Il a commencé à demander aux utilisateurs des réseaux sociaux à Gaza de diffuser des mensonges au monde occidental et au monde arabe. Cette nouvelle méthode n’est pas une surprise pour ceux qui connaissent les tactiques habituelles de cette organisation islamiste radicale.

Les principaux médias devront réfléchir à deux fois avant de citer aveuglément les rapports du Hamas au sujet de la réelle situation dans le bande de Gaza.

Suivez le fil info de l’Opération Bordure Protectrice ici.

L’Institut de Recherche des Médias du Moyen-Orient (MEMRI) a publié jeudi (17/07/14) une traduction de la nouvelle campagne internet du Hamas visant à fournir des instructions aux utilisateurs des réseaux sociaux à Gaza. Selon l’Institut, le ministère de l’Intérieur du Hamas a incité les Gazaouis à utiliser Facebook et Twitter dans le but de “jouer leur rôle dans le renforcement de la situation des civils et de correctement transmettre l’information au monde entier”. La réalité est toute autre. Les instructions incitent les utilisateurs des réseaux sociaux à corrompre l’audience et à propager la désinformation à travers le monde.

hamas réseaux sociaux

Dans le cadre de sa campagne “Be Aware – Social Media Activist Awareness Campain”, le ministère de l’Intérieur du Hamas publie des vidéos et des posters sur son compte Facebook et sur son compte Twitter, apprenant aux Gazaouis à décrire les terroristes comme des civils innocents.

“Chaque personne tuée ou chaque martyr doit être appelé civil de Gaza ou de Palestine”, écrit le ministère de l’Intérieur dans les instructions. “N’oubliez pas de toujours ajouter ‘civil innocent’ ou ‘citoyen innocent’ lorsque vous décrivez ceux qui ont été tués dans des attaques israéliennes à Gaza.”

hamas twitter

Les principaux médias feraient mieux de s’en souvenir lorsqu’ils citent un rapport déformé des pertes civiles à Gaza. Les instructions vont jusqu’à expliquer aux utilisateurs de Facebook et Twitter comment faire en sorte que les activités terroristes du Hamas menées contre les civils israéliens apparaissent comme légitimes.

“Commencez (vos rapports sur) les nouvelles actions de la résistance par cette phrase ‘en réponse à la cruelle attaque israélienne’, et finissez par cette phrase ‘toutes ces personnes ont été martyrisées depuis qu’Israël a lancé son agression contre Gaza.’ Assurez-vous de toujours rappeler que le ‘rôle de l’occupation est d’attaquer, et nous en Palestine ne faisons que réagir' », peut-on également lire dans ces instructions.

Les utilisateurs des réseaux sociaux à Gaza sont avisés de ne pas mentionner l’utilisation par le Hamas des civils comme boucliers humains. Ni le fait qu’il incite et même force les civils de Gaza à ignorer les avertissements de l’armée israélienne lors d’une attaque imminente.”

“Ne publiez pas de photos de roquettes tirées sur Israël depuis les centres villes. Ceci fournira un prétexte d’attaquer des zones d’habitations dans la bande de Gaza. Ne publiez pas et ne partagez pas de photos ou de vidéos montrant des sites de lancement de roquettes ou des mouvements des forces de résistance à Gaza.”

“Récit de vie vs Récit de sang”

Le ministère de l’Intérieur du Hamas a également publié des suggestions de réponses utilisables en cas de discussion entre ses partisans et des personnes de l’Occident. “Évitez d’entrer dans des discussions politiques avec des Occidentaux pour les convaincre que l’Holocauste est un mensonge et une tromperie. À la place, assimilez-le avec les crimes d’Israël contre les civils palestiniens”.

Enfin, le Hamas appelle ses partisans à se souvenir que les Occidentaux ne s’identifieront pas à la glorification des martyrs, et qu’il leur faudra ajuster leur message en conséquence. Il appelle ceci “Récit de vie VS Récit de sang”

“[Lorsque vous parlez] avec un ami arabe, commencez par le nombre de martyrs. [Mais lorsque vous parlez] avec un ami de l’Occident, commencez par le nombre de blessés et de morts.”

Rejoignez-nous sur Facebook et revivez en images les moments forts sur Instagram.


Partager:


Commentaires: