Découvrez l’histoire d’Ibrahim : un engagement militaire contre la volonté de son père

Lorsqu’Ibrahim, soldat bédouin, a reçu son diplôme de fin d’études secondaires avec mention, son père pensait que ce serait une perte de temps d’envoyer son fils à l’armée et a décidé de le convaincre d’abandonner son projet afin de l’inscrire directement à l’université. Cependant, lorsqu’il s’est enrôlé malgré tout, son père l’a chassé de la maison. « Mon père m’a mis à la porte lorsqu’il a découvert mon choix de m’engager au sein de Tsahal« , a-t-il déclaré.

Aujourd’hui, à la fin de sa formation d’officier, Ibrahim décrit la fierté qu’il ressent pour son pays, l’envie qu’il avait de s’enrôler dans l’armée israélienne et les amis qu’il a rencontrés sur son chemin : « faire partie de l’armée israélienne c’est bien plus que faire la guerre« . Dans son village bédouin natal de Bu’eine Nujeidat, l’enrôlement militaire est devenu courant. La plupart des jeunes sont recrutés pour un service militaire complet à 18 ans même si la loi israélienne ne contraint pas les jeunes Bédouins à s’engager.

Lorsqu’il était encore a l’école, Ibrahim a été marqué par la visite de soldats de Tsahal : « des officiers de l’armée sont venus et nous ont expliqué ce que signifiait l’enrôlement, l’importance du service militaire et comment nous pouvions étudier pendant et après l’armée. »

« Quand j’ai obtenu mon diplôme d’études secondaires en 2006, j’étais prêt à rejoindre l’armée », a déclaré Ibrahim, indiquant que la date de son recrutement était fixée à l’été 2006 – Le même été au cours duquel le nord d’Israël faisait l’objet d’incessants tirs de roquettes, entraînant la Seconde Guerre du Liban.

Son père, quant à lui, voulait retarder son enrôlement. « Mon père ne voulait pas que j’intègre l’armée », a déclaré Ibrahim. « J’ai eu d’excellentes notes aux examens de fin d’études secondaires. Il voulait que j’aille étudier et apprendre un métier. Il disait qu’avoir une bonne formation était préférable que d’aller à l’armée. Il n’avait aucune idée de ce que font les gens là bas, pensant que l’armée c’est seulement faire la guerre« .

Ibrahim, qui a grandi dans un environnement où le respect du père est une valeur centrale, a finalement décidé de renoncer à son rêve et a rejoint son père pour l’aider au sein de l’entreprise familiale.

« Mon père est quelqu’un de têtu », explique Ibrahim. « Personne ne pouvait le convaincre. J’ai parlé avec mon oncle pour qu’il essaye lui aussi, mais en vain. »

« Ne reviens plus à la maison »

Bien qu’Ibrahim n’ait d’autre choix que de continuer à vivre une vie sans uniforme, au fond de lui,  il n’a jamais abandonné l’idée d’intégrer l’armée.

« J’ai commencé à étudier au Technion – l’Institut Technologique d’Israël à Haïfa. Après deux ans, certains de mes amis qui se sont enrôlés dans l’armée ont fini leur service. C’est à ce moment là que j’ai à nouveau pensé à m’enrôler », se rappelle Ibrahim. « J’ai alors décidé de ne plus attendre et je me suis directement rendu au bureau de recrutement de l’armée. J’ai validé les tests et examens médicaux nécessaires et je me suis engagé sans que personne ne le sache », explique Ibrahim.

Ibrahim a finalement intégré l’armée le 27 mars 2011 au sein du bataillon de reconnaissance bédouin. Ibrahim se rappelle encore de la réaction de ses parents : « mon père m’a appelé et m’a dit : ne rentre pas à la maison, je ne te veux plus ici.« 

Les semaines suivantes, il a dû partager son temps entre la base militaire et la maison de sa tante.

Après environ six semaines, Ibrahim a été surpris de recevoir un appel de son père. « J’étais en vacances pour quelques jours et j’ai reçu un coup de téléphone de mon père qui me disait de revenir à la maison pour que nous parlions. Je n’y croyais pas. »

Après des semaines sans nouvelles de sa famille, Ibrahim est retourné à l’endroit où il a grandi et s’est assis avec son père et se rappelle avec émotion de cette discussion : « durant la conversation, mon père m’a demandé : pourquoi as-tu abandonné tes études 6 mois avant d’être diplômé ? Pourquoi m’as-tu fais cela ? As-tu manqué de quelque chose dans ta vie ? Je lui ai dit que j’étais un adulte et que je maintenais ma décision. Je suis une personne indépendante et je veux déterminer mon avenir. Finalement, il a accepté mon choix. »

Après avoir parlé avec son père et s’être réconcilié avec sa famille, Ibrahim est retourné à la base militaire avec une détermination renouvelée. « Après trois mois, j’ai débuté les cours pour devenir officier. Il [mon père] était heureux à ce sujet« , a déclaré Ibrahim avec fierté. « Il est venu à ma cérémonie.« 

Huit mois plus tard, Ibrahim a fini avec succès le cours d’officier. La famille d’Ibrahim a assisté à la cérémonie de remise des diplômes qui s’est tenue le mois dernier.

Une partie intégrante du pays

Lorsqu’il revient sur son expérience au sein des cours d’officier, Ibrahim affirme que c’est une période dont il se souviendra toute sa vie: « le programme était très intéressant et instructif. J’ai apprécié chaque seconde passée là bas: J’ai pu rencontrer des gens d’autres corps de l’armée et des unités d’élite. J’ai beaucoup appris non seulement sur l’armée, mais également sur moi même.« 

Quant à ses projets d’avenir, Ibrahim insiste sur le fait que, pour le moment, il souhaite rester au sein de l’armée. « Je voudrais y rester jusqu’à ce que je devienne commandant de bataillon. » Quand on lui demande pourquoi il a choisi de continuer dans l’armée à la fin de son service de 3 ans obligatoires, Ibrahim répond avec un sentiment de fierté: « Je veux contribuer à mon pays. Je suis une partie de ce pays. Tout israélien sert dans l’armée israélienne et il n’y a aucune raison que je ne fasse pas la même chose.« 

Source : Mako/Pazam 

 

Prenez vos infos à la source – Rejoignez-nous sur Facebooket suivez le fil info de Tsahal en français sur Twitter.


Partager:


Comments: