2012 : retour en photos sur une année d’exploits, de combats et d’émotions

« Pour faire de grandes choses, il ne faut pas être un si grand génie ; il ne faut pas être au-dessus des hommes, il faut être avec eux »

Qu’est ce qui fait d’un jeune homme qui vient à peine de quitter l’adolscence un héros ?  Difficile à dire. Cette année les soldats de Tsahal, âgés pour la plupart de 18 à 21 ans, n’ont pas reculé devant les épreuves, le danger et la menace. Hommages aux plus impressionnants d’entre eux à l’aube de l’année 2013.


Le soldat de l’année…est une soldate

Combattante de Karakal qui a arrêté un terroriste à la frontière égyptienne

Le 21 septembre dernier, cette combattante du bataillon karakal abat un des terroristes qui vient de s’infiltrer en Israël via le Sinaï et d’ouvrir le feu sur une patrouille israélienne postée le long de la frontière. Lorsqu’elle arrive sur les lieux de l’attaque, le soldat Netanel Yahalom est déjà mort et son camarade Mati gravement blessé.

“Je n’ai pas réfléchi. J’ai couru sous les tirs des terroristes jusqu’à Netanael. En prenant conscience de son état, j’ai dit à mon commandant qu’on ne pouvait plus rien faire pour le sauver et qu’il fallait continuer. Après avoir neutralisé les terroristes, j’ai dit à Mati, le soldat blessé : ‘tiens bon, tu es un héros”

Les papas de l’année

Réservistes de Tsahal rappelés dans le cadre de l'Opération Pilier de Défense

Réservistes de Tsahal rappelés dans le cadre de l’Opération Pilier de Défense

Notre reconnaissance va aux pères rappelés par Tsahal pendant l’Opération Pilier de Défense pour protéger le pays et leurs maisons. Les réservistes de Tsahal n’ont pas hésité à quitter leurs enfants et leurs proches pour revêtir l’uniforme et remplir leur mission. Israël est un petit pays. L’apport des réservistes est crucial pour remporter le combat.

“Dès le deuxième jour des combats j’ai préparé un sac que j’ai placé à l’entrée de mon appartement”, témoigne l’un d’entre eux. “Le vendredi soir, j’étais avec des amis de l’armée quand notre téléphone a sonné. On a tout de suite compris de quoi il s’agissait. Un message enregistré répétait ‘rappel urgent des réservistes’. En vitesse on a fini de manger, j’ai pris mon sac et nous sommes partis en direction de la bande de Gaza.”

“En chemin dans le voiture nous parlions de Gabi, l’un des soldats de notre unité qui est aujourd’hui marié, père de deux enfants et religieux. Nous nous demandions si lui aussi viendrait. En arrivant sur place, Gabi était déjà là. C’était shabbat, il dinait avec ses enfants et malgré tout, il a enfilé son uniforme, embrassé sa femme et a pris sa voiture pour prendre part à l’opération.”

“On a tous nos vies, nos familles mais tout le monde a répondu présent car nous savons l’importance de notre travail. Nul part ailleurs dans le monde vous verrez cela.”

L’émotion de l’année : l’Hatkiva résonne à Londres pour un pilote de Tsahal

Noam Gershoni, pilote de Tsahal blessé au Liban en 2006 a remporté la médaille d'or en tennis aux jeux paralympiques

Noam Gershoni, pilote de Tsahal blessé au Liban en 2006 a remporté la médaille d’or en tennis aux jeux paralympiques

Noam Gershony a remporté le 8 septembre dernier la médaille d’or en tennis aux jeux paralympiques. Grièvement blessé lors un accident d’hélicoptère pendant la Seconde Guerre du Liban, il a appris à jouer dans un fauteuil roulant au centre de combat “Beit Halochem” à Tel Aviv. Il a commencé à jouer dans cet établissement dans le cadre de sa rééducation.

Tout Israël et en particulier les soldats ont été émus d’assister à cette victoire et de voir les larmes de Noam lorsque l’hymne national israélien a été joué à Londres.

“Au nom de Tsahal, je vous salue, pour votre détermination et vos accomplissements exceptionnels”, avait alors déclaré par téléphone Benny Gantz au champion.

Vidéo : Noam Gershoni reçoit la médaille d’or et pleure durant l’Hatikva.

 

Les retrouvailles de l’année

Le Caporal Bialy et son père, après une épreuve

Le Caporal Bialy est venu en Israël du Canada pour s’engager dans l’unité de Tsahal dans laquelle son père avait lui-même servi. En octobre dernier, après 12 mois d’entraînement intensifs et de séparation, père et fils se sont retrouvés à la fin d’une épreuve.

Les sauveteurs de l’année

Retour des blessés de l’attentat de Burgas en Israël, escortés par Tsahal

18 juillet 2011 : un terroriste se fait exploser dans un car de touristes israéliens à Burgas. Six sont tués sur le coup et des dizaines d’autres blessés. Immédiatement, le Chef d’état-major envoie sur place une délégation de pilotes et des sauveteurs de Tsahal afin de rapatrier le corps des victimes et de ramener les blessés au pays. Une nouvelle preuve de l’engagement de Tsahal à protéger ses citoyens à l’intérieur des frontières et au-delà.

Le courage de l’année

Une famille israélienne se réveille dans l’abri anti-missile dans le sud du pays

Il revient sans aucun doute aux 3,5 millions d’Israéliens du sud et du centre du pays qui ont fait face à la menace des roquettes des terroristes de Gaza avec beaucoup de courage au cours des douze derniers mois et notamment pendant l’Opération Pilier de Défense en novembre dernier. Leur courage et leur résistance forcent l’admiration.

L’originalité de l’année

Demande en mariage d’un officier de Tsahal

En mars dernier, ce soldat s’est fiancé et est devenu officier en une seule et même journée. Lors de la cérémonie marquant la fin de sa formation, ce jeune officier de la marine, genoux à terre, a fait sa demande en mariage.

La vigilance de l’année

Le Caporal Stav et le Caporal Mercedes

De simples jeunes filles ? En mai dernier, le Caporal Stav et le Caporal Mercedes ont empêché un terroriste palestinien de s’infiltrer en Israël au point de passage de Qalandiya.

“En dépit des difficultés, nous sommes très fières d’avoir cette responsabilité”, ont déclaré les soldats au moment des faits.

Le protecteur de l’année

Une batterie du Dôme de fer

Pendant l’Opération Pilier de Défense, soit en 8 jours, 192 heures , les soldats du Dôme de fer ont intercepté plus de 400 roquettes de Gaza dirigées contre Israël. Des millions d’Israéliens leur doivent aujourd’hui la vie. Ils ne baissent jamais la garde et font notre fierté.

L’instant de l’année

Le moment a été immortalisé par hasard à la fin d’une marche de plusieurs dizaines de kilomètres du Corps du Génie Militaire. L’enthousiasme de cet enfant au pull orange et le sourire du soldat, probablement son frère, qui l’accueille les bras ouverts ont fait le tour de la presse israélienne et des réseaux sociaux au début du printemps 2012.

La persévérance de l’année

Ala-Wahib, le musulman le plus gradé de Tsahal

Ala Wahib est né d’un père syrien et habite à Reineh en Israël, un village abritant 17.000 habitants, dont 80% de Musulmans, «Enfant, on m’enseignait que les Juifs ont volé la terre de Palestine et qu’ils sont cruels». Cette année, à 32 ans, il est devenu l’officier musulman le plus gradé de l’armée israélienne.

 

Le commandant de l’année

Le Chef d’état-major rend visite au commandant Ziv Shilon après l’attentat

En octobre dernier, une bombe du Hamas explose près de Gaza au passage d’une patrouille de Tsahal. Le Commandant Ziv Shilon perd une main dans l’attaque. Interrogé par le Chef d’état-major sur son lit d’hôpital, voilà ce qu’il répondait :

“Risquer nos vies pour protéger les citoyens d’Israël fait partie de notre travail. Ce qui m’arrive est très difficile mais je ne renoncerai pas. Si je peux retrouver l’usage complet de mon bras, je retournerai à mon poste à l’armée.”

 

La détermination de l’année

Oren Almog prête serment envers Tsahal

Le 4 octobre 2003, l’attentat terroriste du restaurant Maxim à Haïfa fait 21 victimes et 51 blessés. Oren Almog alors âgé de 9 ans perd cinq membres de sa famille et l’usage de ses yeux dans l’attaque. Cette année, neuf ans après le drame, il a décidé de s’engager volontairement dans Tsahal et a rejoint une unité du Renseignement militaire.

L’exemple personnel de l’année

Le Chef d’état-major vient en aide au soldat blessé (16 décembre)

Selon les valeurs enseignées au sein de l’armée, chaque soldat de Tsahal se doit d’être un exemple pour le reste de la société. Le 16 décembre dernier, le Chef d’état-major de Tsahal a mis en pratique cette valeur en retournant dans une base qu’il venait de visiter pour venir en aide à un soldat blessé au cours d’un entrainement. Peu importe l’écart entre son grade et celui du blessé, peu importe son emploi du temps surchargé, Benny Gantz s’est personnellement impliqué pour assurer le transport du soldat vers l’hôpital. Un geste qui rappelle l’importance de la fraternité au sein de Tsahal.


Partager:


Commentaires: