« C’est comme si tout le pays était une grande maison ; une maison que je souhaite protéger »

Les célébrations du nouvel an ont débuté dans l’armée israélienne et notre équipe a décidé de s’intéresser particulièrement aux soldats seuls dont les familles résident à l’étranger. Pour la plupart,  ils célèbreront la fête loin de leurs proches.

Keren Ben-Yehuda, soldate seule dans l'armée de l'air

L’armée de l’air israélienne  compte 600 soldats seuls qui ont laissé derrière eux leurs familles et leur foyer et qui sont partis pour l’inconnu. Keren Ben-Yehuda, qui effectue son service dans la salle d’opérations de l’armée de l’air, est l’une d’entre eux.

Revenir

« Je suis née en Israël et  ma famille a immigré à St Louis dans le Missouri lorsque j’avais 7 ans », nous raconte Keren. Ses parents sont finalement restés aux États-Unis plus longtemps que prévu.

Néanmoins, à 20 ans, Keren a réalisé que le lien affectif qui la liait à Israël était resté très fort. « Au départ, je venais en Israël chaque été. Puis j’ai grandi, et j’ai compris que j’étais intimement liée à la culture du pays ;  je comprenais les gens, leurs réactions et leurs comportements.  J’admire leur ouverture d’esprit et leur authenticité. »

Contribuer

Keren a rapidement compris qu’il était essentiel pour elle de contribuer de quelque manière que ce soit à la défense d’Israël, et a décidé de venir s’engager dans l’armée israélienne. « Je ne supportais plus de profiter de ce pays sans prendre part aux efforts de ma génération pour s’assurer qu’il continue d’exister. »

Célébrer le nouvel an loin des siens

« Ma famille me manque constamment. Mais je suis heureuse de célébrer les fêtes en Israël. Aux États-Unis, je serais allée à l’école, puis je serais retournée à la maison, et quelqu’un se serait soudainement souvenu que la fête doit avoir lieu le lendemain » , se souvient-elle en riant. « Ici c’est différent. Tout le pays célèbre le nouvel an au même moment, des vœux sont inscrits sur les autobus, dans les rues, les magasins. C’est comme si tout le pays était une grande maison ; une maison que je souhaite protéger. »


Partager: